Déclaration conjointe sur la visite du président français en Arabie saoudite

Dimanche 1443/5/1 - 2021/12/05
  • Share on Google+

Jeddah, 05 décembre 2021 (SPA) - Une déclaration commune a été publiée samedi sur la visite du président français, Emmanuel Macron, au Royaume d'Arabie saoudite.
Le communiqué indique que sur la base de l'amitié et de l'étroite coopération qui unissent le Royaume d'Arabie saoudite et la République française, le président français, Emmanuel Macron, a effectué, samedi 04.12.2021 une visite au Royaume d'Arabie saoudite.
Son Altesse Royale le Prince Mohammed bin Salman bin Abdulaziz Al Saud, Prince Héritier, Vice-président du Conseil des Ministres et Ministre de la Défense a reçu le Président de la République française au Palais Royal "Al-Salam" à Jeddah, où ils ont eu des entretiens officiels faisant le point sur les relations historiques et stratégiques entre le Royaume d'Arabie saoudite et la République française dans tous les domaines et ont souligné l'importance de renforcer l'action commune et d'élever leurs relations bilatérales en vue de faire avancer une coopération constructive fondée sur la confiance et les intérêts mutuels, portant le partenariat stratégique entre les deux pays vers de nouvelles et prometteuses horizons.
Les deux parties ont salué les résultats positifs et fructueux qui ont été obtenus depuis la visite de Son Altesse Royale le Prince Héritier, Vice-président du Conseil des Ministre et Ministre de la Défense en France en 2018, qui a contribué à élargir le champ de la coopération entre les deux pays dans divers domaines.
Sur le plan économique, les deux parties se sont félicitées de la solidité des relations économiques entre les deux pays et ont convenu de l'importance de renforcer le partenariat économique, d'accroître la participation du secteur privé, d'échanger des compétences, de développer les capacités humaines et d'exploiter les opportunités offertes par la Vision 2030 du Royaume et le Plan économique 2030 de la France, dans divers secteurs d'intérêt commun.
Les deux parties ont également souligné l'importance de suivre la mise en œuvre du partenariat économique équilibré à travers des investissements mutuels entre le secteur privé dans les deux pays. Le Royaume d'Arabie saoudite s'est félicité de la coopération accrue des entreprises françaises dans les secteurs de la Vision 2030 du Royaume, notamment l'énergie, l'eau et la gestion des déchets, les villes durables, les transports, l'aviation civile, les solutions de mobilité, l'économie numérique et la santé. La France souhaite également attirer les investissements saoudiens dans les secteurs public et privé, à savoir les nouvelles technologies, les entreprises émergentes et l'industrie du futur. Le Royaume d'Arabie saoudite aspire à stimuler les investissements du secteur privé saoudien sur le marché français.
Par ailleurs, les deux parties ont salué la signature de différents contrats et accords dans tous les domaines économiques, lors des rencontres qui ont eu lieu en marge de la visite entre les hommes d'affaires des deux parties, renouvelant ainsi le partenariat profond du secteur privé dans les deux pays.
Le Royaume d'Arabie saoudite et la France ont également réitéré leur engagement en faveur de la préservation de l'environnement et de la biodiversité alors que le président français a exprimé son appréciation pour les initiatives et les efforts du Royaume dans le domaine de l'environnement et du changement climatique.
Concernant le secteur de l'énergie et ses différents domaines, les deux parties ont souligné les bonnes relations qui unissent les deux pays dans les domaines de l'énergie, qui se traduisent par divers projets dont le raffinage du pétrole, la production pétrochimique, le secteur de l'électricité et les énergies renouvelables, notamment dans les domaines de le développement de projets, la sécurisation des gares et des réseaux électriques ainsi que la fiabilité du service et l'échange d'expertise en interconnexion électrique. Les deux parties ont convenu de renforcer leur coopération dans la production d'énergie nucléaire dans un cadre pacifique et sûr, la gestion des déchets radioactifs et des applications nucléaires, le contrôle nucléaire et le développement des capacités humaines dans le cadre de l'accord gouvernemental signé en 2011.
Concernant le changement climatique, les deux parties ont souligné l'importance d'adhérer aux principes de la Convention-cadre sur les changements climatiques et de l'Accord de Paris, et la nécessité d'élaborer et de mettre en œuvre des accords climatiques en mettant l'accent sur les émissions sans sources grâce à l'adoption d'une circulaire carbone approche économique en tant que cadre intégré et global pour lutter contre les émissions liées au réchauffement de la planète. Le président français a également fait l'éloge de l'Initiative verte saoudienne et de l'Initiative verte au Moyen-Orient. Les deux parties ont souligné l'importance de la coopération pour réaliser ces initiatives.
Les deux pays ont souligné l'importance d'une coopération conjointe pour étudier les opportunités de développement de la production d'hydrogène propre dans le Royaume, en plus de ses diverses utilisations pour participer à la transformation des économies en économies sans émissions de gaz à effet de serre, et la transformation de l'énergie au niveau mondial.
Les deux parties ont passé en revue leurs efforts pour lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) et le succès obtenu par les deux pays dans la lutte contre cette pandémie, alors qu'ils exprimaient leurs efforts continus pour soutenir les pays les moins avancés et en développement confrontés à des problèmes économiques, sanitaires et sociaux et les répercussions de la pandémie.
Dans le domaine de la culture, les deux parties ont souligné les liens historico-culturels entre les deux pays, qui au cours des six dernières décennies ont été témoins d'une coopération continue dans divers domaines et ont souligné l'importance de renforcer la coopération, en particulier le développement des musées, de l'industrie cinématographique et patrimoine.
Les deux parties se sont félicitées de la coopération fructueuse existante pour le développement durable d'AlUla, dans le cadre de l'accord gouvernemental signé en avril 2018, et ont salué la signature de nouveaux accords par lesquels la France contribue à soutenir le développement culturel et touristique de cette région pleine de potentiel.
Ils ont également souligné l'importance d'accélérer le rythme de la coopération dans le tourisme et de travailler au lancement d'initiatives pour développer le secteur du tourisme, explorer les potentiels touristiques de chaque pays, améliorer la communication entre les citoyens des deux pays et fournir les moyens nécessaires pour y parvenir.
En ce qui concerne l'éducation, les deux parties se sont félicitées de l'élargissement de la coopération entre les universités, les collèges techniques, les groupes de réflexion et les centres de recherche des deux pays, ainsi que l'augmentation de la coopération entre eux dans la recherche scientifique, le développement et l'innovation à travers des mesures concrètes et des projets structurels pour disciplines scientifiques en phase avec les aspirations futures.
Dans ce contexte, les deux parties se sont félicitées de la signature de plusieurs accords et protocoles d'accord dans plusieurs domaines dont la culture, le tourisme, le numérique et l'espace, en plus de l'accord portant création du Centre culturel français (Villa Al-Hajar) à AlUla.
Concernant la défense et la sécurité, les deux parties ont souligné l'importance et la nécessité d'une évaluation continue des menaces communes aux intérêts des deux pays ainsi qu'à la sécurité et à la stabilité régionales, saluant le partenariat historique de défense qui les réunit et sont convenues de renforcer le dialogue pour approfondir le rapprochement entre eux.
Sur les questions régionales et internationales, les deux parties ont mis l'accent sur le renforcement et la consolidation de la coopération conjointe et la coordination des positions sur les questions d'intérêt commun pour réaliser la paix et la sécurité au Moyen-Orient en particulier et dans le monde en général et faire face aux politiques et aux ingérences qui déstabilisent les régions et les la sécurité et la stabilité internationales. Ils ont également salué l'importance du sommet de Bagdad, qui s'est tenu en août 2021, pour renforcer la stabilité en Irak et encourager le dialogue régional.
Les deux parties ont également réaffirmé leur détermination à déployer davantage d'efforts conjoints inlassables pour faire face aux diverses formes et manifestations de terrorisme et d'extrémisme aux niveaux local, régional et mondial et pour contrer leur financement. Ils sont convenus de renforcer la coopération technique et opérationnelle dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé.
Les deux parties ont réaffirmé leur soutien à la réalisation de la paix au Moyen-Orient et l'importance de parvenir à un règlement global du conflit palestino-israélien basé sur la solution à deux Etats, les résolutions légitimes pertinentes et l'Initiative de paix arabe d'une manière qui garantit le droit du peuple palestinien d'établir son Etat aux frontières de 1967 avec Al-Quads Est (Jérusalem) comme capitale, appelant, dans ce contexte, à la fin de la politique de colonisation israélienne qui menace la solution à deux Etats.
Les deux parties ont exprimé leur profonde préoccupation face au développement du programme nucléaire iranien et au manque de coopération et de transparence avec l'Agence internationale de l'énergie atomique. La France a souligné sa détermination à ne pas permettre à l'Iran de développer ou d'acquérir une arme nucléaire. Ils ont également convenu de la nécessité de faire face aux activités de déstabilisation de l'Iran dans la région, notamment l'utilisation et le transfert de drones et de missiles balistiques qui ont conduit à des attaques contre le Royaume d'Arabie saoudite.
Concernant le dossier yéménite, les deux parties ont souligné l'importance de soutenir tous les efforts, dont les efforts de l'Envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen pour parvenir à une solution politique globale à la crise yéménite sur la base de l'initiative du Golfe et de son mécanisme de mise en œuvre, les résultats de l'accord global dialogue national et les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, dont la résolution 2216. La France a affirmé son plein soutien à l'initiative de paix saoudienne qui a été présentée le 22 mars 2021 et a condamné les attaques de missiles balistiques et de drones lancées par les milices Houthis et a affirmé son engagement historique à préserver le sécurité du Royaume.
Sur la question libanaise, les deux parties ont souligné la nécessité pour le gouvernement libanais de mener des réformes globales, en particulier l'adhésion à l'accord de "Taif" qui confiait l'unité nationale et la paix civile au Liban, et que les réformes devraient inclure les secteurs de la finance, de l'énergie, de la lutte contre la corruption et le contrôle des frontières. Les deux parties ont également convenu de travailler avec le Liban pour assurer la mise en œuvre de ces mesures.
Ils ont également souligné la nécessité de limiter les armes aux institutions légitimes de l'Etat, et que le Liban ne devrait pas être une rampe de lancement pour des actes terroristes qui déstabilisent la sécurité et la stabilité de la région, ou une source de trafic de drogue. Ils ont également souligné l'importance de renforcer le rôle de l'armée libanaise dans le maintien de la sécurité et de la stabilité du Liban, et ont convenu de poursuivre les consultations conjointes sur toutes ces questions, et ont également convenu d'établir un mécanisme d'aide humanitaire franco-saoudien qui assure une transparence totale, et ont exprimé leur détermination à trouver des mécanismes appropriés en coopération avec les pays amis et alliés pour alléger les souffrances du peuple libanais. Ils ont également souligné l'importance de maintenir la stabilité du Liban et de respecter sa souveraineté et son unité conformément aux résolutions (1559), (1701) et (1680) du Conseil de sécurité des Nations Unies et aux pactes internationaux pertinents.
Concernant l'Irak, les deux parties ont exprimé leur soutien aux efforts du gouvernement irakien pour éliminer le terrorisme, préserver la sécurité et la stabilité de l'Irak ainsi que son intégrité territoriale, et l'importance de mettre fin à l'ingérence étrangère dans les affaires intérieures de l'Irak, espérant qu'un nouveau gouvernement sera formé bientôt. Ils ont également salué les élections qui se sont tenues le 10 octobre 2021.
Sur la question syrienne, les deux parties ont souligné l'importance de parvenir à une solution politique à la crise syrienne conformément à la déclaration de Genève (1) et à la résolution n° 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies pour mettre fin aux souffrances humaines du peuple syrien, préserver la l'unité et l'intégrité territoriale, et soutenir les efforts de l'Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie.
Concernant la question libyenne, les deux parties ont souligné l'importance de parvenir à une solution politique à la crise libyenne conformément aux résolutions de légitimité internationale et d'une manière qui assure la sécurité et la stabilité dans la région.
Le côté français a salué l'initiative du Royaume de tenir une réunion extraordinaire du Conseil ministériel de l'Organisation de la coopération islamique pour discuter de la situation humanitaire en Afghanistan et contribuer à apporter la réponse humanitaire appropriée.
A l'issue de la visite, le président français a exprimé sa profonde gratitude au gouvernement et au peuple du Royaume d'Arabie saoudite pour l'accueil chaleureux et l'hospitalité qui lui ont été réservés ainsi qu'à la délégation l'accompagnant.
--SPA
11:00 LOCAL TIME 08:00 GMT
0013